La soupe des mamans

En ce temps de Carême, où nous sommes invités à prier, jeûner et surtout à aimer par des gestes concrets de partage et de solidarité, voici le témoignage de notre sœur Irène, en communauté à Châlon sur Saône.

La soupe des mamans, une initiative d'Irène, auxiliaire du Sacerdoce, en communauté à Chalons

« Le Père Dominique, curé de la paroisse et aumônier de l’équipe locale du Secours Catholique a eu l’initiative de cette soupe. Nous avons cherché ensemble comment nous pourrions mettre en œuvre cette activité. Une cuisine équipée peut être utilisée par le groupe ainsi que la salle à manger. J’ai tout de suite pensé aux femmes d’origine arméniennes, participantes à l’atelier créatif « le fil d’Ariane », que j’anime chaque semaine avec Marie, notre voisine à qui j’ai proposé de venir avec moi.

J’en parle aux femmes et elles sont partantes. Chaque lundi elles se retrouvent pour éplucher, cuisiner les légumes et fruits récupérés à la boutique  alimentaire où deux d’entre elles sont actives. Les cuisinières, des amis et des paroissiens, surtout des personnes seules, se retrouvent à midi pour partager le repas amical. Claude vient de perdre son mari, « je viens, dit-elle, parce que cela me permet de sortir, de ne pas m’enfoncer dans ma souffrance ». Marie-Thérèse a perdu la vue, on va la chercher à son domicile, « comme je ne vois pas, je suis contente de vous entendre et d’être avec vous ».

Ce temps de partage régulier, convivial favorise la rencontre et la mixité sociale et culturelle. Il leur permet de faire connaissance d’autres personnes et de mettre à l’œuvre leurs savoirs. Pour elles c’est un moment de bonheur où elles font des choses ensemble dans une bonne entente.

Après chaque repas quelques unes vont porter un bocal de soupe à des personnes isolées dans le quartier. Dix à douze litres de soupe sont préparés chaque semaine. Pour moi, c’est un grand moment de fraternité, de lâcher prise et l’occasion d’être présente tout simplement à égalité. C’est Sœur Marie, vietnamienne, qui est l’animatrice du groupe. Je suis heureuse de les voir mettre leurs savoirs au service du bonheur des autres. Elles retrouvent leur dignité et j’en rends grâce au Seigneur. « 
Irène Labrosse, Auxiliaire du Sacerdoce