Histoire
Où nous trouver ?
A la suite du Christ
Au cur du monde et de l'Eglise
En communauté
Une vie religieuse apostolique
Choisir de vivre
Recevoir et Donner
Esprit et mission
A l'école de St Ignace

Anne Roy 1925-2008"Tu m'as façonné un corps*... Me voici, ô Dieu, pour faire ta volonté"

Hébreux 10,6-7
(*titre du dernier livre d'Anne Roy)

 

Anne ROY, née à Soulaire et Bourg, en Anjou, en 1925, est décédée le 30 avril 2008 au Brésil, à Salvador de Bahia. Son corps repose en terre brésilienne au milieu du peuple qu’elle a tant aimé et servi durant quarante cinq ans.

Anne Roy est entrée dans la Congrégation des Auxiliaires du Sacerdoce en 1946. Elle a fait profession en 1949. Après sa profession, elle est restée 13 ans en France, où elle a été envoyée dans différentes communautés. Engagée en pastorale, elle a partagé les conditions de pauvreté de beaucoup.

Elle est la première Auxiliaire envoyée au Brésil. Elle part vers le continent latino-américain sans préparation à rencontrer le peuple, sans connaissance de sa culture, de sa langue, de son art de vivre Elle est seulement animée d'un souffle missionnaire qui lui permettra de s'immerger dans une manière de vivre totalement nouvelle.paquebot Le Laënnec

Anne Roy répond à un appel que Dom Helder a fait à la congrégation. Elle embarque le 26 décembre 1962 pour Rio, à bord du « Laënnec ».

 

 

 

 

La vie dans les favelles de Rio (1963-1969)
Renée Delorme, une associée déjà présente au Brésil, accepte de partager sa vie avec Anne à la favelle de Chapeu Mangueira, ceci jusqu’en 1964. Anne s’initie à la langue, aidée par Marcelina, voisine de Renée. Elle désire aussi travailler un moment comme les gens de la favelle en compagnie de Marcelina : elles allaient récupérer dans les ordures le matériel vendable au centre d’Emmaüs qui se montait à ce moment-là.

Après un an avec Renée, la congrégation invite Anne à chercher une autre favelle. Sur le conseil de l’Evêque, elle se rend à la paroisse Santa Cruz de Copacabana, dont dépend le Morro dos Cabritos, comptant environ 10 000 habitants. C’est une des plus anciennes favelles de Rio (1938).

favella morro dos cabritos Elle enseigne dans une petite école, dans la montée dite « le 600 », et dans un local de l’association des habitants. Elle connaît, selon les paroles de Dom Helder : « L’immense peuple des pauvres, de ces deux tiers de l’humanité qui se trouvent dans des conditions infrahumaines, de misère et de faim. »

Elle prend les enfants de 7 ans pour les alphabétiser et les catéchiser en même temps. Après quelques mois, beaucoup d’entre eux trouvent accueil au Collège du Sacré Cœur de Marie. Anne enseigne par des moyens concrets et dans le but de donner la parole aux enfants. En même temps elle se laisse enseigner elle-même un autre mode d’existence.Anne et les enfants

Une baraque de bois fut édifiée pour servir de « dispensaire » où Anne travailla comme infirmière (elle avait suivi une formation à la médecine tropicale avant son départ)..

 

 



Rencontre du Père Loew et départ pour Friboug (1969-1974)
Passant à Rio, le Père Loew a demandé l'aide d'Anne pour l'Ecole de la Foi qu'il fonde à Fribourg. Ainsi, en 1969, au 1er juillet, Anne quitte la favelle pour l'Ecole de la Foi. Elle séjourne à Rome en août avec le Père Loew et au 1er septembre commence l'animation de l'école à Fribourg. Elle suivra le premier cycle jusqu'en 1971 et assurera la responsabilité des communautés de vie. De 1973 à 1974, elle aura la responsabilité des laïcs en lien avec l'Ecole.

 

Senhor de Bonfim, Bahia, (1974-1979)
Après cinq ans de présence à Fribourg, Anne repart au Brésil en novembre de l'année 1974. Le centre de soins de la favelle ne se justifiant plus, elle étudie le projet d'aller dans le Nordeste* où règne la pauvreté et où le manque de moyens apostoliques est ressenti.

C’est à Senhor de Bonfim, dans la Bahia, diocèse de Dom Jaïro qu’Anne poursuit sa mission.

La paroisse de Senhor do Bonfim compte 5 000 habitants, deux villages et des hameaux et fermes isolées.

Anne s'investit dans la formation, spécialement l'étape de la Parole, comme une école de la foi miniature, avec initiation à la prière et réponse aux questions qui jaillissent. Peu à peu des équipes se mettent en place.

Anne à Senhor do BonfimPour Anne, c'est un temps de vie contemplative, dans l'isolement et la solitude. Cependant, la pauvreté autour d'elle est telle qu'il lui paraît impossible de laisser une mère de famille dans le dénuement et les difficultés pour élever ses nombreux enfants. Anne prend donc avec elle une petite fille de 7-8 ans pour la nourrir, l'habiller, prendre soin de son éducation et peu à peu la catéchiser. Dizenilda Dezy restera en contact avec elle pendant des années.

Ce temps permet à Anne de réfléchir sur les communautés de base. Elle restera là jusque fin 1979, et cherchera une autre implantation, en accord avec le conseil de la congrégation, dans le but de former cette fois une communauté d'Auxiliaires.

Le temps de solitude que vit Anne lui permet de lire les événements à la lumière de la Parole de Dieu. Elle reste en liens épistolaires avec l'ensemble de la Congrégation, et partage dans ses lettres la réalité de ce Nordeste souffrant mais illuminé par la foi.

 

Utinga (1980-2000)
En 1980, Anne a été envoyée en paroisse à Utinga, dans le diocèse de Ruy Barbosa.
Deux sœurs ont été pressenties pour former cette communauté avec elle : Marie- Jo Grollier et Michelle Nigay.
• Anne assure la pastorale sacramentelle : baptêmes, mariages, célébrations. Un prêtre vient célébrer l’Eucharistie de temps en temps.
• Marie-Jo travaille dans les communautés rurales à la formation d’agents de santé.Anne et Renata à Utinga
• Michelle est chargée de la formation des leaders pour la catéchèse des enfants et des célébrations sans prêtre du dimanche.

En outre, les sœurs sont présentes dans les communautés de base des villages, participent aux événements, et à la cueillette du café au Bonito. Au bout de quelques temps, un prêtre italien est nommé à Utinga. La communauté qui occupait le presbytère le quitte pour vivre dans une petite maison d’un quartier populaire.

La communauté poursuit sa présence et sa réflexion pastorale : Marie Jo avec la pastorale de la terre, les syndicats ruraux, la commission Justice et Paix.

Très vite, Anne est appelée à donner des cours de formation pastorale, aussi bien à des religieuses ou religieux qu’à des prêtres et des groupes de laïcs. La CRB (Conférence des Religieux du Brésil) a demandé sa coopération, et elle est engagée par ailleurs dans un travail d’équipe au plan diocésain. (Projet de santé du diocèse).

 

 

Valença et Salvador (2000 à 2008)
En 2000, Anne rejoint Valença pour faire communauté avec les jeunes Auxiliaires brésiliennes et reviendra en 2004 sur Salvador dans la communauté du noviciat.

Sa connaissance de la Parole de Dieu lui donne autorité : formation des catéchistes, des religieuses, des prêtres, des laïcs. Elle traduit les textes fondateurs de la Congrégation pour les jeunes Auxiliaires brésiliennes, elle travaille à rendre notre charisme accessible à tout chrétien.


Anne a apporté sa contribution à l’Eglise d’Amérique latine engagée auprès des plus pauvres. Ses articles, ses livres ont un grand succès dans tout le continent latino-américain.

 

Retrouvez la bibliographie d'Anne Roy

Relisez son article sur le Forum Social 2005 à Porto Alegre

Lire son témoignage sur la place de la Parole de Dieu dans sa vie

Voir le site de la MOPP (Mission ouvrière Saints Pierre et Paul)