“Sacerdoce” pour moi, a été longtemps signe de religion: la mienne, la catholique. Vivant dans une ville protestante, je faisais la distinction entre pasteurs et prêtres: les uns attentifs à l´Ecriture, les autres animant la liturgie eucharistique.


Aujourd´hui, ce mot parle pour moi comme une invitation à suivre le Christ dans le Don qu´Il fait de sa vie, à donner la mienne en bloc et en détails. Il s´est donné la peine de partager notre humanité pour nous attirer dans son Milieu Divin. Alors, baptisée dans l´eau et le sang de son coeur ouvert, je voudrais avec tant d´autres baptisé/es-dans la diversité des dons reçus-entraîner notre monde dans cette offrande reconnaissante.


Du sens premier que je donnais au mot Sacerdoce, je garde par vocation, une attention et une affection priante pour les prêtres. Beaucoup ont marqué mon chemin. Leur tâche est délicate et leur vie souvent difficile.


Chrétiens, nous sommes exigeants à leur égard. Comment soutenons-nous leur vocation de représentants du Christ? C´est une question que je pose d´abord à moi-même.


Cécile Biraud
auxilaire du Sacerdoce, en communauté
à Salvador de Bahia (Brésil)