Marie Emmanuel nous a quittées…

Marie Emmanuel Crahay Soeur auxiliiaire du Sacerdoce

Notre sœur Marie Emmanuel Crahay nous a quittées samedi, 29 août 2020. Elle est partie dans la paix, après une belle vie au service de la fraternité… fraternité expérimentée dès son plus jeune âge au cœur d’une famille nombreuse et unie qui l’a accompagnée jusqu’à son dernier souffle ; fraternité avec ses sœurs de congrégation dans la vie quotidienne et de par les responsabilités assumées comme conseillère, maitresse des novices, supérieure générale… ; fraternité universelle, sans distinction de race et de religion, vécue à travers la formation des formateurs religieux du monde entier (FFR) au Centre Sèvres, ou la collaboration avec diverses associations dans des lieux aussi différents que Paris, Cergy Saint Christophe ou Aime-La Plagne !

Marie Emmanuel a mis son intelligence et sa curiosité au service de la formation dans la congrégation, en paroisse et ailleurs. Elle aimait se risquer à la nouveauté et était capable de s’adapter à des publics très divers : communauté multiculturelle des religieux suivant la FFR, communautés Vie Chrétienne (CVX), mouvement de cadres chrétiens (MCC), adultes et adolescents se préparant au baptême ou à la confirmation, associations écologiques ou liées à l’accueil de migrants ;

Elle était jeune et aimait les jeunes. Outre les novices, elle a notamment accompagné plusieurs sœurs dans la dernière étape de discernement avant les vœux définitifs. Elle est même partie au Vietnam pour permettre à l’une de nous de retrouver ses racines, avant de faire le grand saut !

Elle aimait rire, savait profiter de la vie. Impatiente, impétueuse, elle allait de l’avant, mais elle savait aussi être attentive et respecter celles et ceux qui ne suivaient pas son rythme !

Aujourd’hui nous sommes dans la peine, avec le sentiment d’avoir perdu une perle précieuse. Mais l’empreinte qu’elle laisse dans nos cœurs et dans l’histoire est indélébile et nous encourage à toujours plus d’audace, de jeunesse et de fraternité.

Retrouvez les témoignages de Marie Emmanuel sur la vie religieuse à la manière des Auxiliaires du Sacerdoce:

Une vie selon l’esprit

L’accueil solidaire à Aime La Plagne

Comme une perle ou un trésor: la manière dont je vis les voeux

Marie Madeleine et la pandémie : Rentrer dans le grand mouvement de l’amour du Christ – Témoignage d’une participante à la « live » organisée par les Auxiliaires du Sacerdoce du Brésil.

Le jour de la Sainte Marie Madeleine, les Auxiliaires du Sacerdoce du Brésil ont organisé une « Live » sur internet. Les participants étaient invités à lire un texte de notre fondatrice (Mère Marie Magdeleine de la Croix) et à en souligner mots et phrases les rejoignant dans leur vie actuelle. Ils étaient aussi invités à lire le texte d’Evangile du jour (Jean 20, 1-2 ; 11-18).

Live Auxiliaires du Sacerdoce pendant la Pandémie
Live sur Internet Marie Madeleine, Marie Galliod et pandémie

Voici ce qu’a partagé une des participantes:

« Dans ce moment de douleur, de deuil, Marie Madeleine est partie à la recherche de celui qui l’avait aidé, à la recherche de celui qui lui avait montré ce qu’est la sainteté, le pardon, l’espérance, la vie selon la volonté de Dieu, selon l’amour. Avant les gens lui avaient fait expérimenter souffrances et mépris. Quand Jésus lui a montré ce qu’est la vie selon l’amour, elle a décidé de le suivre. Ainsi il s’est tourné pour elle source de vie, une source qu’elle ne se lassait pas de chercher, et elle ne voulait pas l’abandonner. Dans ce moment que nous vivons, on a besoin de personnes qui suivent cette inspiration du Christ, qui vivent en suivant l’exemple qu’il nous a donné.

J’ai souligné deux passages du texte de la fondatrice : « Nous devons vivre le Sacerdoce du Christ […] nous offrir et nous immoler (nous donner) sans cesse. » et « cet esprit n’est pas infus dans vos âmes. Vous l’avez reçu, vous devez sans cesse le recevoir ».

On reçoit du Christ l’amour. Il nous maintient tourné vers Lui. On doit seulement le laisser nous toucher, le laisser demeurer en nous, comme Marie Madeleine a fait. Quand elle a vu cet amour, quand elle a senti l’amour, elle l’a laissé demeurer en elle. Elle s’est laissé offrir à Christ. Christ lui a offert l’amour et elle a accepté et elle s’est remise à lui. Elle a reconnu la voix du Christ quand il l’a appelée par son nom. On doit aujourd’hui écouter cet appel, ces mots du Christ et reconnaitre quand il nous appelle. La plupart du temps, on est pris par tant de choses.

Plein de gens sont tant désespérés en pensant à la pandémie, à la souffrance, aux morts…Mais comment nous laisser entrainer par l’amour du Christ ? […] Dans ce moment de souffrance, Marie Madeleine a eu besoin de voir le corps. On doit être sensible à ça, à nos frères qui sont en deuil aujourd’hui. On doit aussi être sensible au fait que Jésus dit qu’il est ressuscité. Il est ressuscité pour tous et cette résurrection vient nous prouver son amour… Il ressuscite dans la vie de chacune de nous, en particulier dans ce genre de partages. […]  On a la mission d’exercer ce sacerdoce du Christ, cette manière de vivre comme Lui, cette sainteté. »

Quelques participantes de la live de la Sainte Marie Madeleine

Marie Madeleine et la pandémie : Rentrer dans le grand mouvement de l’amour du Christ – Témoignage d’Elenilda, auxiliaire du Sacerdoce, organisatrice de la live.

Elenilda, auxiliaire du Sacerdoce à Valença (Brésil)

Le 22 juillet, jour de la Sainte Marie-Madeleine, j’ai organisé une « rencontre virtuelle » par internet pour les jeunes.

Avant la rencontre, elles étaient invitées à lire le texte d’Evangile du jour (Jean 20, 1-2 ; 11-18). Elles étaient aussi invitées à lire un texte de notre fondatrice et à en souligner mots et phrases les rejoignant dans leur vie actuelle:

« Humbles Petites Auxiliaires du Cœur de Jésus Prêtre, nous devons contribuer pour notre modeste part, à révéler au monde, par notre conduite et par nos œuvres, ce qu’est l’Amour immense, insondable du Fils de Dieu, Prêtre éternel pour l’humanité. Nous devons vivre, en une certaine manière, le Sacerdoce du Christ, entrer dans le grand et perpétuel mouvement de son Cœur Sacerdotal et donc, avec lui, nous offrir et nous immoler sans cesse pour la gloire de son Père.

Voilà l’esprit de l’Institut, mes enfants, Mais cet esprit n’est pas infus dans vos âmes. Vous l’avez reçu, vous devez sans cesse le recevoir, l’alimenter, le fortifier, l’intensifier, l’agrandir. C’est du Cœur même de Jésus Prêtre que la Congrégation a reçu l’esprit qui fait sa vie, sa force, sa durée. C’est à votre Institut que le Saint-Esprit -charité infinie- continue de l’infuser. »

Marie Galliod (Mère Marie Magdeleine de la Croix) – 3.12.1932

Pour moi, ça a été un moment fort, parce que tout ça, c’est nouveau. Comme notre fondatrice, nous devons avoir de l’audace. En fait, ce mot chemine en moi depuis un bon moment car les Auxiliaires sont audacieuses ! Pourquoi ? Ouvrir une communauté en Amazonie, accueillir de vivre en communauté à deux… ça, c’est le «grand mouvement », le dynamisme dont Marie Magdeleine de la Croix parle dans son texte, et auquel quelques jeunes ont fait référence durant la rencontre.

Un autre point que je retiens de cette expérience est que celles qui n’ont pas pu participer ont justifié leur absence et ont envoyé leur partage par écrit. Cela montre qu’il y a un réel intérêt de leur part.

40 jeunes ont été invitées et 16 ont participé avec cœur, joie, prêtes à partager et à assumer l’organisation de la rencontre. Cela m’enchante, car j’y vois l’esprit de notre charisme : donner chacun/chacune ce qu’il/elle a au fond de soi. C’est comme ça que certaines ont vécu le temps de partage.

La participation de Mare, ex-Auxiliaire, a été enrichissante parce que c’est quelqu’un qui boit à la même source et a le désir d’aider d’autres à y boire aussi. Et elle a invité beaucoup de jeunes de São José, la ville où elle habite.

Je loue et remercie le Cœur Sacerdotal de Jésus pour désirer qu’ « Il règne à nos dépens », même au travers d’une rencontre virtuelle.

Les jeunes ont soif. Qui peut assouvir leur soif ? « Envoie Seigneur des ouvriers pour la moisson. »

Suite à ce retour positif, nous avons pris date pour prier ensemble avant la Saint Ignace. J’ai aussi proposé une « semaine des vocations » du 8 au 16 août. Elles ont beaucoup aimé l’idée et nous allons donc l’organiser.

Live Auxiliaires du Sacerdoce pendant la Pandémie
Live sur Internet Marie Madeleine, Marie Galliod et pandémie